[CP] Suite au testing, Africa 50 s’élève contre ces discriminations bancaires et autres !

L’association, ISM Corum avec le soutien de la mairie de Villeurbanne, le Défenseur des droits et l’Etat a réalisé en 2016,  un testing dans 63 agences de 12 banques différentes, pour comparer les services obtenus dans ces agences par deux clients aux profils rigoureusement équivalents mais à l’origine « ethno-raciale » différente.

Cette enquête inédite a révélé que /le supposé immigré a été discriminé que ce soit en termes de suivi de sa demande, d’obtention d’informations ou de qualité de l’accueil./ Par exemple, l’homme « supposé comme d’origine subsaharienne » s’est vu réclamer deux fois plus souvent une pièce d’identité que son compatriote. En plus,  A travers cette étude empirique, nous pouvons constater qu’il y a *des différences de traitement des clients selon leur origine « ethno-raciale » et le sexe des clients, lors d’une demande de crédit*.

Le Collectif Africa 50 dénoncent et interpellent la Fédération Française Bancaire (FFB) et le gouvernement pour ces pratiques. Nous souhaitons réellement que la FFB entreprenne la démarche de* : formation des salariés dans les agences bancaires, le financement des jeunes entrepreneurs issu de l’immigration et qu’elle applique la charte de la diversité,  pour inciter le recrutement de collaborateurs issu de l’immigration et des quartiers populaires.

Plus largement, ces phénomènes de : discrimination à l’embauche, délit faciès pour des contrôles de police ou accès à un logement sont des fléaux pour nous et surtout les jeunes citoyens de la République Française, qui n’est pas ou plutôt plus censé se produire. Cela nuit à l’un des principe de la devise républicaine, *Egalité* inscrit sur nos documents officiels, sur le fronton de nos écoles et institutions . Nous rappelons que l’article premier de la Déclaration des Droits de l’homme stipule que : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ».

Donc, le Collectif Africa 50 demande aussi au gouvernement de prendre acte de ces faits sociaux et d’agir par la mise en place des mesures coercitives existantes en vers cela et prévoir des mesures législatives* plus concrètes comme la généralisation du CV anonyme, le récépissé lors d’un contrôle de police et la mise en place d’un corps administrative anti-discriminations pour recenser et instruire les dossiers.

Si quelqu’un est confronté à une discrimination, n’hésitez pas à nous contacter par mail au  ou tel au …pour que nous puissions vous aider.

Contact presse : Jean Didier Babete Mata Porte parole adjoint d’AFRICA 50

MAIL : porteparoleadjoint@africa50lyon.org

TEL : 06 27 09 43 86

Laisser un commentaire