[CHASSELAY 2016] Hommages rendus ce 11 novembre aux Tirailleurs Africains morts héroïquement à la bataille de Chasselay pour la défense de Lyon contre l’avancée des troupes allemandes

Retour sur le déroulement de la journée du 11 novembre 2016 au TATA de Chasselay

 

tata_chasselay_2016

 

 

Comme chaque 11 novembre, Les Amis de la Présence Africaine à Lyon [APAL], le Collectif AFRICA 50 www.africa50lyon.org [1] et la Mairie de Chasselay ont rendu un vibrant hommage   à ces jeunes soldats africains massacrés par la division SS Totenkopft [Tête de mort]. Deux cars sont venus de Lyon, un de Grenoble et l’association Rosa Park est arrivée comme l’an dernier de Marseille.

A 11 heures, les nombreux participants se sont rendus au cimetière municipal pour la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 et les honneurs militaires rendus  aux soldats de Chasselay morts pendant
cette guerre. Chaque nom a été dit à haute voix par des élèves de l’école primaire. Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées au pied de la stèle au centre du cimetière, dont celle du Collectif Africa 50.

La délégation d’AFRICA 50 se rend au square Henriette MORIN, pharmacienne [1903-2004] qui, le 20 juin 1940 et les jours suivants, a soigné et réconforté les Tirailleurs survivants, comme l’ont fait d’autres habitants de Chasselay, dont Mère Clotilde du couvent de Montluzin.

On se transporte au lieu-dit « Vide-sac », où se dresse le Tata sénégalais – Nécropole Nationale depuis 1966. Le recensement des 145 noms retrouvés a été effectué en 2004 par Les Amis de la Présence Africaine à Lyon. Parmi les anciens combattants, on remarque Ahmat SOW, Tirailleur sénégalais venu de Lille et les personnalités Max VINCENT de la Métropole de Lyon, Jean-Paul CHICH de la municipalité de Villeurbanne
et un représentant du Musée de l’Histoire de l’immigration venu de Paris. La prière musulmane est dirigée par deux imams et la prière chrétienne par Christine ADJAHI de l’APAL. Les honneurs militaires rendus, prennent la parole Jacques PARIOST, Maire de Chasselay et Abdou SONKO, Président de l’APAL.

LIRE LE DISCOURS D’ABDOU SONKO
http://echosdafrique.net/chasselay-2016-la-memoire-est-lavenir-du-passe-abdou-sonko-president-de-lapal/

A la salle des Fêtes de Chasselay, l’apéritif est offert par la Mairie, suivi du repas pour 250 personnes préparé et servi par l’Association de la Jeunesse Ivoirienne à Lyon. Présentées par Bary GOUDIABY, journaliste
et écrivain, les activités culturelles commencent par l’association Rosa Park venue de Marseille et l’Ecole des langues africaines à Lyon [wolof, pulaar, lingala, swahili]. La surprise vient avec les rythmes brésiliens
des jeunes de la Batucada de Grenoble www.batook.org [2] qui font vibrer la salle des Fêtes et soulèvent les applaudissements.

Aminata SONKO, avocate au barreau de Lyon, lit le plaidoyer qu’elle a écrit avec sa consoeur Achiata DJIMAN à la mémoire de nos anciens combattants africains morts pour la liberté. Un nouveau moment émouvant avec Ahmat SOW et sa famille : sur l’écran défilent des images du parcours de ce vaillant Tirailleur sénégalais, tandis que ses enfants expriment leur admiration et leur affection pour leur père et pour leur mère.

Passe ensuite le court métrage « Je suis Aya » où le personnage joué par Thierno DIALLO vient du Sénégal pour déposer avec respect une photo sur une tombe du Tata de Chasselay [réalisation : Guillaume MOITON]. Enfin, sur la scène de la salle des Fêtes Thierno DIALLO et Lisa RAPHEL à la flûte et au violoncelle interprètent la poignante Randonnée de Samba DIALLO, périple d’un jeune pêcheur qui, parti à la recherche du troupeau
qu’il a reçu en héritage, est enrôlé de force dans les Tirailleurs sénégalais de 1914-1918.

Cette commémoration annuelle est bien le gage que les Tirailleurs Africains ne mourront pas une seconde fois dans l’oubli.

www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-tata-senegalais [3]

Jacques Lyant

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *